Médias / PublicationsMédias / PublicationsMédias / PublicationsMédias / PublicationsMédias / Publications
Médias / Publications

Médias / Publications

Médias / Publications

Médias / Publications

Médias / Publications

Partager :

Contribution nationale d'Enerplan au DNTE

04/04/2013

Dans le cadre du Débat National sur la Transition Energétique, ENERPLAN, Syndicat des professionnels de l’énergie solaire, membre du noyau dur du groupe de contact des entreprises de l’énergie a publié sa contribution nationale « L’énergie solaire (chaleur et électricité) pour réussir la transition énergétique en France ».

En synthèse, la contribution d’ENERPLAN met en avant les points suivants:

  • L'énergie solaire (chaleur et électricité) devient compétitive en France. Cela permet d’avancer plus vite vers la généralisation des bâtiments à énergie positive dans le neuf et vers la rénovation énergétique à haute performance dans l’existant;

  • Plusieurs directives européennes incitent au développement de l’énergie solaire. La France a un objectif contraignant de production d’énergies renouvelables (23% de la consommation d’énergie en 2020) et vise à réduire la part d’électricité nucléaire à 50% d’ici 2025. Cela nécessite une croissance forte des capacités de production de chaleur et d’électricité solaire;

  • L’électricité solaire est incontournable pour diversifier le bouquet électrique national à moyen terme;

  • Produire la chaleur et l’électricité solaire, au plus proche des besoins, de façon autonome sans dommage ni risque pour l’environnement, est un enjeu fort pour l’économie locale et nationale;

  • L’industrie française de la chaleur solaire est déjà exportatrice net d’équipements;

  • L’industrie photovoltaïque française est stratégique pour répondre à la demande interne et se positionner sur un marché international à fort potentiel;

  • Le secteur solaire doit participer au redressement industriel du pays et contribuer à une économie plus résiliente des territoires, avec 80 000 emplois à créer d’ici à 2020;

  • La balance investissements/bénéfices d’une politique solaire volontariste est positive en coût global d’ici à 2020. Cela est rentable pour la collectivité nationale et cela sécurise le risque de déficit commercial structurel à moyen terme.

Partager :