ActualitésActualitésActualitésActualitésActualités
Actualités

Actualités

Actualités

Actualités

Actualités

Partager :

Observ'ER publie une étude pour évaluer la filière chaleur solaire collective

29/10/2018

Observ'ER a publié un suivi du marché des installations solaires thermiques collectives en France. Ce document dresse un panorama des ventes et des perspectives de la filière chaleur solaire.

Bilan : nous avons des raisons d'espérer, malgré une situation toujours difficile.

L'étude évalue le marché du solaire thermique collectif métropolitain à 26 825 m², soit une baisse d'activité de 22% par rapport à 2016 en termes de superficie de capteurs posés. Les parts de marché se répartissent comme suit : 46% pour le tertiaire, 43% pour le résidentiel, 9% pour les réseaux de chaleur, 4% pour l'agriculture et 1% pour l'industrie. Ressort également de l'étude un manque d'intérêt des fabricants et distributeurs pour le solaire thermique, considéré comme peu rentable et donc délaissé par les équipes commerciales.

Le premier semestre 2018 laisse entrevoir une stabilisation par rapport à 2017, et avec la hausse importante du Fonds Chaleur annoncée pour 2019, et une simplification des procédures d'attribution des aides, la filière est en droit d'espérer une reprise d'activité à moyen terme. Les actions menées en matière de démarche qualité devraient également avoir des impacts positifs dans la demande, de même que la réhabilitation d'installations défaillantes d'ici 2019 prévues dans le cadre du Plan Soleil. Enfin, la fiscalité écologique constitue un levier très attendu par la filière.

Principaux freins au développement de la chaleur solaire identifiés :

  • La dérogation à surconsommer (15%) rendue possible pour tous les bâtiments collectifs dans le cadre de la RT 2012 et qui devait prendre fin au 31 décembre 2017 a été reconduite jusqu'à fin 2019
  • La modification tardive des paramètres du moteur de calcul associé à la RT 2012 (révision du paramètre delta t en 2016) n'a pour l'instant pas permis de modifier les habitudes prises par les acteurs de la construction
  • Les contre-références continuent de peser sur l'image de la filière auprès des maîtres d'ouvrage et prescripteurs
Partager :